Déclaration sexy à la polissonnerie

ladylove

De la bonneterie classique à la lingerie de la sollicitation corporelle

La bonneterie subsiste dès l’Antiquité, pourtant la lingerie ne savait rarement être titrée de sensuelle à cette période. Elle servait principalement à dissimuler le corsage des femmes qui était perçu comme choquant. La lingerie plus moderne commence à la Renaissance, grâce à l’invention du corset. Peu agréable, le corset est particulièrement consacré à raffiner la taille ou à garder le dos droit. Il est limité à la noblesse. Au 16e s., la culotte de coton se vulgarise. On est toujours loin de la bonneterie coquine.

Le soutien-gorge sera élaboré en 1900, et il reste un complément propre. Au début du XXe siècle, les demoiselle apprécient aussi porter des bas qui épurent leurs gambettes et captivent les regards des mâles. Néanmoins cette vague sera souvent assimilée à l’improbité. Elles préfèrent la bonneterie traditionnelle qui est particularisée par des nuances chair ou noires et des courbes passe partout. C’est à la fin du XXe s. que des créateurs comme Gaultier remettent le désir au centre de la lingerie en alliant minauderie et harmonie.

La bonneterie sensuelle c’est-à-dire la lingerie sexy doit dévoiler la juste mesure entre libertinage et grossièreté pour exalter les envies sans être vulgaire. Elle use des standards des gens du cabaret. Les cotons vont être dédaignés pour laisser place à des dentelles.

L’attrait se trouve au centre de la bonneterie sensuelle. Si le sombre et le rose font invariablement leur efficacité, la couleur ultime de la sollicitation érotique est régulièrement exploitée : la teinte rouge. Utiliser de la lingerie coquine est une promesse de bonheur. Elle suggère plus qu’elle ne montre. Les guêpières sont des incontournables de la bonneterie sensuelle et modifient le corps. La lingerie sexy convertisse la fille sobre en nymphe fatale. Les tissus transparents révèlent ce qu’il faudra de chair afin de faire naître l’envie.

Bonneterie : ce qu’il faut garder dans les tiroirs?

Premièrement, on devra correctement connaître sa corpulence. Une taille inadaptée pour soutien-gorge et il sera désagréable à porter. Autre point, on trouvera à l’intérieur d’un placard parfait des sous-vêtements pur coton. On finira par trouver de plus quelques vêtements de lingerie de grandes marques, sons omettre la lingerie particulière au sport de type brassière. Il est de plus intéressant de détenir toujours quelques lingeries de couleur chair. Et finalement, préférez les bonneteries privées de bretelles qu’avec bretelles transparentes. Celles-ci seront inélégantes et jaunissent assez vite à l’usage.